Labels et des Ă©diteurs de musique

par Fairouz Qoulaii

Des artistes qui commencent dans l’industrie de la musique auront à interagir avec de divers entreprises, telles que des labels et des éditeurs de musique. Une seule entreprise peut agir comme label et éditeur, mais ce n’est pas forcément le cas. La distinction entre les deux est importante à comprendre.

Qu’est-ce qu’un label?

Les labels reprĂ©sentent des marques de commercialisation, savoir-faire, et de direction artistique qui s’occupent de l’identitĂ© et la gestion artistique dont les enregistrements et la production phonographique. Ils procurent Ă©galement Ă  l’artiste un support financier, commercial, et administratif relatif au dĂ©veloppement de son projet y compris la communication et le marketing qui vont avec. C’est une sorte de partenariat qui assure l’exposition du projet musical. Souvent un label apporte un support financier par moyen d’un prĂŞt.

Quel est le rôle d’un éditeur de musique?

Il est opportun de définir dans un premier temps le droit d’auteur pour bien appréhender le rôle d’un éditeur de musique.

Le droit d’auteur se dĂ©finit selon la loi canadienne comme un droit exclusif de communiquer, reproduire ou de prĂ©senter une Ĺ“uvre qui sera protĂ©gĂ©e tant que son auteur est toujours en vie et jusqu’à la fin de la cinquantième annĂ©e suivant son dĂ©cès. Les droits d’auteur peuvent appartenir Ă©galement Ă  une sociĂ©tĂ© ou toute autre propriĂ©tĂ© et elles peuvent ĂŞtre achetĂ©es, reproduites ou vendues, en tout ou en partie.

Les éditeurs de musique détiennent et administrent une partie des droits d’auteurs du produit musical de l’auteur-compositeur lors de la signature d’un contrat, où ce dernier cède son œuvre au directeur en édition qui lui en devient dorénavant le titulaire.

Les revenus d’édition sont donc divisĂ©s en deux catĂ©gories : la part auteur et la part Ă©ditoriale. Cette dernière concerne les revenus et non la propriĂ©tĂ©, c’est-Ă -dire que l’auteur peut dĂ©tenir 100% des droits d’auteur sur une Ĺ“uvre musicale en vertu d’un contrat, mais n’aura toujours droit qu’à tout ou partie de la part Ă©ditoriale, souvent 50% des revenus dĂ©coulant de l’exploitation de l’œuvre. 

L’éditeur représente les intérêts de l’auteur-compositeur et maximise les revenus de son catalogue de compositions musicales. En effet, l’éditeur s’assure que les montants qui sont dus à l’artiste lui sont payés, par exemple, les revenus de la vente des disques, des plateformes de streaming, les synchronisations sur des films ou des publicités, ou autres utilisations des paroles ou de la musique.

Quoi choisir en tant qu’artiste?

Les labels et les éditeurs travaillent ensemble et se complémentent afin d’assurer le succès du projet musical d’un artiste. Ils jouent chacun un rôle important dans la vie d’une œuvre musicale.